S’abandonner à la vie

On ne peut pas dire pourquoi. La raison de l’amour, c’est l’amour. La raison de l’amour, c’est qu’on aime.

Vladimir Jankélévitch

Des pourquoi, des comment, des plans, des recettes, des attentes, des choix. Que d’organisations fait-on pour ce futur.   Même avec toutes les préparations nécessaires, utiles et même saines, qui peut dire de quoi l’avenir sera fait?

Nous avons beau espérer, nous ne sommes nullement des médiums de la vie.La vie est un sacré beau hasard.

Pensez en dehors de la boîte « spirituelle »

unsplash-logoDiana Parkhouse

La normalité est une route pavée : on y marche aisément mais les fleurs n’y poussent pas.

Vincent Van Gogh

Réaliser ces rêves, avoir une vie qui a du sens, atteindre ces buts, tout cela est devenu la normalité de nos vies modernes. C’est normal; nous sommes si nombreuses et nombreux à souhaiter une vie plus épanouie.

Un jour nous avons eu un appel, un signe, un geste, un évènement qui nous ont fait ou donné l’envie de découvrir autre chose : une envie d’une vie épanouie, remplie de conscience.

Facebook, tu es triste.

unsplash-logoPrateek Katyal

L’ingrédient magique, c’est l’amour. Car il permet la cristallisation du rêve. Saupoudrez le tout d’une pincée de surprise, et votre vie aura un goût exquis.

Mathias Malzieu

Je regarde Facebook, je l’explore, je le lis, je m’y perds. Souvent trop souvent, j’y perds mon temps. Je déambule dans ces avenues, à la recherche du rien. J’erre. Je ne m’y suis pas toujours perdu, je fus un passionné de cet outil.

Notre-Dame de Paris – Mon cœur ne veut pas participer au concours de la plus grande misère.

Hier, Notre-Dame brulait. Ce matin des milliards de dons affluent.

Hier, nous dépensons des milliards en gadgets et autres patentes. Avant hier, des scientifiques nous demandent de réduire nos dépenses de plus de vingt pour cent pour sauver la terre.

Depuis des années, la terre se meurt, des gens vivotent, les pauvres sont de plus en plus pauvres, des pays souffrent, la misère monétaire, physique et mentale est partout.

Le risque de ne pas vivre

unsplash-logoRaj Eiamworakul

Vivre prudemment, sans prendre de risques, c’est risquer de ne pas vivre.
Wladimir Wolf Gozin

J’ai peur d’écrire. J’ai commencé des tas de livres. Un seul est fini et je le réécris, corrige et recommence encore et encore. Je souffre parfois à écrire tellement partager est complexe. Écrire est pour moi des liens les plus profonds avec soi. Partager est alors se mettre à nu face à vous.

Parfois, j’ai peur donc de partager. Je juge alors mon style, mon écriture, les fautes que je laisse traîner à gauche à droite. J’analyse en profondeur le texte, je me juge au passage, me critique durement. Je finis par garder mon texte bien au chaud dans le stockage de mon ordinateur.

Mettez mes conseils à la poubelle

unsplash-logoElijah O'Donnell

Ne demande jamais ton chemin à celui qui le connaît. Tu risquerais de ne pas pouvoir t’égarer.

Rabbi Nahman de Bratslav

J’ai donné des conférences il y a quelques mois. Ce jour-là, je donnais, une conférence ; un laïus court, une dizaine de minutes. C’était une nouvelle conférence. Du nouveau naît parfois un stress : cela peut avoir du sens pour soi, mais pas pour ceux qui l’écoutent.

Dans ce dix minutes, je parlais de devenir soi simplement, très simplement. Une personne m’a demandé : après, le moment choc et prise de conscience de ta conférence, pourquoi ne t’attarde pas plus que cela aux solutions ?

Souhait pour 2019 : À quoi bon vivre si nul jamais n’enchante le monde ?

unsplash-logoBrooke Lark

À quoi bon vivre si nul jamais n’enchante le monde ?

Michel Serres

Je ne regarde, lis ou n’écoute pas souvent les actualités. Avec les différents réseaux d’informations, j’arrive à voir le nombre effarant de catastrophes, de faits divers, mais surtout le nombre exponentiel de bagarres politiques 

Les catastrophes, fais divers, et pugilats infantiles des politiques existeront encore en 2019, mais j’ai le souhait que collectivement nous ayons d’autres moments, autres choses à vivre.

Le bien-être est un devoir.

unsplash-logoSydney Sims

C’est tellement triste d’être joyeux dans un monde où le bien-être est un devoir.

Serge Bouchard

Le titre est fort, en effet. Le bien-être est un devoir. C’est ce que je ressens. Est-il encore possible de vivre des émotions négatives sans que l’on nous propose une méthode pour ne plus vivre celle-ci ?

Vivre de la tristesse, une colère ou un doute ne fait-il plus partie des sentiments humains acceptables ? Se plaindre n’est-il plus convenable ? Partager les parties de sa vie les plus sombres, est-ce facebookable ?

 La chose qui méritait vraiment de l’amour

unsplash-logoJavier Ramos

 Je serai donc l’amie de ceux qui m’aiment telle que je suis.

Frida Kahlo 

Si vous regardez les réseaux sociaux, les journaux et la télévision, vous pouvez voir des exploits, des choses extraordinaires, des vedettes, des choses qui arrivent l’attention ; un concours de clics, de pages vues, de photos les plus belles, des recettes succulentes.

Alors nous partageons, partageons, moi le premier, nos bons coups, nos phrases drôles, nos moments de voyages.

À cette course à l’exceptionnel, sommes-nous pis au piège ? 

Parties inconnues

Parties inconnues,
Que savons-nous les uns des autres, très peu et même de ces êtres chers que nous côtoyons, d’un collègue qui blague, d’une personne qui aime la vie. Un jour tout stoppe ; plus de forces, plus d’envies, plus rien.

Alors, il en a qui parle de demander de l’aide ; demander de l’aide lorsque la seule aide que l’on souhaite est un truc dans la face, un accident de voiture, ou bien plus pour en finir. Je ne sais pas je n’ai pas la solution.