Mettez mes conseils à la poubelle

unsplash-logoElijah O'Donnell

Ne demande jamais ton chemin à celui qui le connaît. Tu risquerais de ne pas pouvoir t’égarer.

Rabbi Nahman de Bratslav

J’ai donné des conférences il y a quelques mois. Ce jour-là, je donnais, une conférence ; un laïus court, une dizaine de minutes. C’était une nouvelle conférence. Du nouveau naît parfois un stress : cela peut avoir du sens pour soi, mais pas pour ceux qui l’écoutent.

Dans ce dix minutes, je parlais de devenir soi simplement, très simplement. Une personne m’a demandé : après, le moment choc et prise de conscience de ta conférence, pourquoi ne t’attarde pas plus que cela aux solutions ?

Souhait pour 2019 : À quoi bon vivre si nul jamais n’enchante le monde ?

unsplash-logoBrooke Lark

À quoi bon vivre si nul jamais n’enchante le monde ?

Michel Serres

Je ne regarde, lis ou n’écoute pas souvent les actualités. Avec les différents réseaux d’informations, j’arrive à voir le nombre effarant de catastrophes, de faits divers, mais surtout le nombre exponentiel de bagarres politiques 

Les catastrophes, fais divers, et pugilats infantiles des politiques existeront encore en 2019, mais j’ai le souhait que collectivement nous ayons d’autres moments, autres choses à vivre.

Le bien-être est un devoir.

unsplash-logoSydney Sims

C’est tellement triste d’être joyeux dans un monde où le bien-être est un devoir.

Serge Bouchard

Le titre est fort, en effet. Le bien-être est un devoir. C’est ce que je ressens. Est-il encore possible de vivre des émotions négatives sans que l’on nous propose une méthode pour ne plus vivre celle-ci ?

Vivre de la tristesse, une colère ou un doute ne fait-il plus partie des sentiments humains acceptables ? Se plaindre n’est-il plus convenable ? Partager les parties de sa vie les plus sombres, est-ce facebookable ?

Parties inconnues

Parties inconnues,
Que savons-nous les uns des autres, très peu et même de ces êtres chers que nous côtoyons, d’un collègue qui blague, d’une personne qui aime la vie. Un jour tout stoppe ; plus de forces, plus d’envies, plus rien.

Alors, il en a qui parle de demander de l’aide ; demander de l’aide lorsque la seule aide que l’on souhaite est un truc dans la face, un accident de voiture, ou bien plus pour en finir. Je ne sais pas je n’ai pas la solution.

Ce jour de l’éveil

unsplash-logoAlessio Lin

Me voici en moi-même comme en train d’habiter une maison qui aurait été construite en mon absence

Gaston Miron

 

Le poète québécois Gaston Miron disait dans un de ces fameux poèmes « Me voici en moi-même comme en train d’habiter une maison qui aurait été construite en mon absence » ; voici quelques sentiments que j’ai éprouvés le jour où je suis à moi-même.

Et ensuite ?

unsplash-logoKinga Cichewicz

 

Tout est en un (Abraham). Tout est amour (Jésus-Christ). Tout est économique (Karl Marx). Tout est sexuel (Sigmund Freud). Tout est relatif (Albert Einstein). Et ensuite ?

Bernard Werber

J’ai cru qu’il y avait un dieu. J’ai cru qu’il y avait plus de dieux. J’ai cru qu’il y avait moi, moi et les autres. J’ai cru que tous ensemble nous pouvons y arriver. Et ensuite ?

J’ai cru que tel ou tel outil allait m’aider. J’ai cru à la motivation. J’ai cru que la motivation était illusoire. J’ai cru en moi, à ce que je suis. Et ensuite ?

Fuir une vie banale, un piège ?

unsplash-logoEaston Oliver

 Toute vraie occasion est un hapax, c’est-à-dire qu’elle ne comporte ni précédent, ni réédition, ni avant-goût, ni arrière-goût ; elle ne s’annonce pas par des signes précurseurs et ne connaît pas de “seconde fois. »

Vladimir Jankélévitch

La recherche du bonheur, du mieux-être ; quelle belle quête. Si belle, qu’elle nous pousserait à trouver des expériences, des métiers ou des amours qui nous font vivre des émotions toujours plus fortes. Toujours plus serait le résumé du développement personnel, toujours en soi la spiritualité et toujours vrai la vie vécue avec simplicité.

La recherche des papillons, de l’exaltation, de l’inédit, la culture du toujours plus loin, toujours plus fort, la fièvre des émotions, cette peur du banal, de gâcher sa vie, nous fait passer à côté de la chose la plus importante : l’essentiel.

Je bois à la gourde vide du sens de la vie

unsplash-logoMatt Le

Je bois à la gourde vide du sens de la vie.

Gaston Miron

J’aime passionnément les poèmes de Gaston Miron ; il y parle de la vie, l’amour, nos relations. Une phrase résonne encore et toujours en moi : je bois à la gourde vide du sens de la vie.

Le vide, l’humain fuit le vide. Moi aussi je l’ai beaucoup fui. Le vide provoque des besoins, d’énormes besoins. Dont le besoin de se remplir, remplir de tout ce qui pourrait comblés ce trou béant en soi.

La réussite : si on s’était trompé collectivement ?

unsplash-logoGuilherme Stecanella

Renoncer, c’est nous libérer. Ne rien vouloir, c’est pouvoir.

Fernando Pessoa

Réussir un projet, aller jusqu’au bout est devenu dans la croyance collective est une forme de mieux-être.

On nous parle de réussite, de repères, d’avoir des objectifs, de discipline, d’ambitions, d’outils, bref un ensemble de critères qui sont certes une des méthodes utilisées par ceux qui sont sur les couvertures des journaux, magazines ; certes, mais réussir sa vie, est-ce cela?

Vivre l’incertitude est-elle notre seule certitude ?

unsplash-logoJamie Street

C’est l’incertitude qui nous charme. Tout devient merveilleux dans la brume.

Oscar Wilde

Le doute, l’inconnu, le brouillard du demain, cette vision nocturne de notre futur, ces moments instables pour l’humain, voici l’incertitude dans nos vies. Elle provoque des tempêtes, des tas de plans, d’organisations pour la contrer. Nous vivons parfois nos vies comme si demain serait une catastrophe sans non, que la joie et le bonheur disparaissaient.