La chose qui méritait vraiment de l’amour

unsplash-logoJavier Ramos

 Je serai donc l’amie de ceux qui m’aiment telle que je suis.

Frida Kahlo 

Si vous regardez les réseaux sociaux, les journaux et la télévision, vous pouvez voir des exploits, des choses extraordinaires, des vedettes, des choses qui arrivent l’attention ; un concours de clics, de pages vues, de photos les plus belles, des recettes succulentes.

Alors nous partageons, partageons, moi le premier, nos bons coups, nos phrases drôles, nos moments de voyages.

À cette course à l’exceptionnel, sommes-nous pis au piège ? 

Ma conjointe m’envoyait une photographie si belle de nous, que mon réflexe fut de lui demander si nous allions la partager sut Facebook ! Sa réponse fut éloquente : il y a des choses que j’ai envie de garder pour moi. 

Sagesse !

Je me vois parfois chercher l’amour dans les likes, les commentaires.

Y a-t-il une marche arrière à ce mouvement de l’exceptionnel ?

Pourquoi faudrait-il être un leader pour être écouté, une vedette pour avoir de l’influence, se mettre en valeur pour des likes ?

Comme si être juste soi, n’était plus suffisant. Ce soi avec nos dépassements, soi les jours tristes, soi avec 20 kilos de plus ou pas assez, soi sous traitements, soi en pleurs et surtout soi qui ne fait rien.

La chose qui mérite de l’amour, c’est le normal, le vide, le très peu, le presque rien, l’arrêt, la routine. 

S’il fallait faire des exploits, répondre aux besoins des autres pour recevoir de l’amour, personne ne serait aimé.    

La seule preuve d’amour que demande l’amour est de l’offrir, sans raison.

Je vais de ce pas publier ce texte sur les réseaux sociaux ; paradoxe de mon texte.

On n’aime vraiment que lorsqu’on aime sans raison.

Anatole France