L’extraordinaire dans l’ordinaire de la vie

unsplash-logoCharles Deluvio

Certains êtres ont la grâce d’avoir l’air de débarquer sur terre pour l’enchanter.

Anne Dufourmantelle

La vie n’a pour essence aucun but. Nous naissons et dès ce début, nous rencontrons de multiples personnes, nous communiquons. Il y a certes l’apprentissage et la nécessité de travailler. Pour beaucoup, nous recherchons du sens, à mettre, ajouter du sens, un but, une envie, à avoir un fils conducteur qui sera le plus inspirant possible.

Notre vie est faite de tellement de relations que j’aime découvrir des personnes, des personnages, des gens avec des histoires à raconter, des humains qui vivent la profondeur de la relation comme d’un cadeau.

J’aime les gens qui enchantent le monde, non pas, en voulant le rendre meilleur, mais, en étant eu même, partageant leur cœur, en poétisant la vie.

J’aime les gens qui ont le seul but de vivre de bons moments.

Créer du lien pour que nous puisions partager les lieux communs, les moments plus normaux comme le travail, une attente au médecin, dans les transports ; créé du lien pour apprendre des autres, pour découvrir de l’extraordinaire dans la vie ordinaire.

Chaque rencontre, lecture, partage, découverte est cet extraordinaire qui dépasse bien des exploits ; l’humain, cette possibilité de rencontres, de rencontres qui bouleversent une vie, est pour moi ce grand potentiel d’enchantement du monde, de la vie.

[Sur un schéma où] chaque humain est un point, il faut dessiner des flèches allant de l’un à l’autre et de l’autre à l’un. La réalité d’une collectivité est dans l’entrelacs de ces flèches.

Éduquer, c’est apporter du contenu à ces liens, c’est créer des réciprocités, c’est proposer à chacun d’être l’un des dépositaires du trésor collectif, d’être de ceux qui l’enrichiront, d’être aussi face à la génération suivante, un passeur de témoin.

Albert Jacquard