Se mentir à soi-même.

Le pire mensonge est de se mentir à soi-même.

-Marc Levy

En 2010, lorsque j’ai lancé le site « Moment Présent », je me suis caché derrière ce site ; se cacher pour partager et écrire quelques simples textes. Lorsque je suis devenu coach, je me suis caché derrière le titre ; toujours pour partager et écrire. Même si dans ces deux domaines, que sont les blogues et le coaching, je suis reconnu, il manquait une pièce à mon puzzle (casse-tête).

Le déni de soi n’était pas visible au jour le jour, mais au fond de moi, je sentais un vide, une incohérence. J’étais reconnu ; j’écoutais l’avis des autres.

Parfois on recherche, parfois on trouve, on achète la vérité chez l’autre. Une lumière scintille au loin, elle nous fait de l’effet et on l’achète. Combien de personnes cherchent leur vérité chez les autres, persuadées que la sienne est fausse ? Combien de personnes se sentent enfermées à la recherche de leur liberté ? Combien se perdent guider la reconnaissance, le besoin d’être vu ?

Le déni de soi est une vérité que l’on fuit, que l’on repousse, car elle nous dépasse, elle est bien plus grande que soit et pourtant si simple. Un jeu de cache-cache avec soi afin d’être aimé, reconnu.

Depuis, j’écris, j’écris des textes sur des chemins peu ou pas empruntés, des idées peu ou pas à la mode, dans un seul but : faire réfléchir. J’avais laissé mes rêves sur le bord du chemin ; je deviens fidèle à ceux-ci à grands coups de respects de moi.

Je suis à la croisée des chemins, je les retrouve. Je grandis de ne plus m’éviter.

Essayer d’être un autre est une façon de devenir soi-même. 

Paul Auster